Ma géhenne

Ma compassion s’est brisée maintenant.
Ma volonté érodée, mon désir me fait me sentir laid.
Je suis sur les genoux et je suis brûler.
Mes plaintes sont le combustible qui a mis ma tête sur le bûché.
Même l’ombre de mon âme brûle.
Je suis brisé, je lève les yeux vers l'ennemi.
J'ai avalé le poison que vous me donniez…
mais je survis malgré lui,
il me laisse coupable, haineux et faible…
et je me sens laid, et meurt en moi.
Vous ne m'avez laissé aucun choix
mais j’irai reconstruire ce qui est cassé.
Trop, trop loin, trop long et trop tard pour se coucher maintenant.
Je dois m'armer pour vous lutter,
en faisant de mes imperfections mes armes.
Il n'y a aucun autre choix.
Je suis effronté, inconnu, seul, et rien maintenant.
Mais mon âme doit être en acier car ma peur est nue.
Je resterai courageux jusqu’après ma peur.
Mais je meurs encore en moi.
Vous voyez maintenant la mort est en moi.
Haine, faiblesse, et culpabilité me garde vivant dans cette géhenne.